Menu

  Le PDG de la CMDT, Dr. Nango Dembélé, à propos la campagne cotonnière 2021-2022

« Je suis optimiste ...»

 Nommé à la tête de CMDT pour relancer le secteur du coton après une crise sans précédente, Dr. Nango Dembélé se dit très optimiste quant à l’issue de la campagne et l’atteinte des objectifs.

Journaliste : Votre nomination a suscité beaucoup d’engouement auprès des paysans. Vous arrivez à un moment de crise profonde du secteur du coton. Vos constats lors de vos dernières sorties sur le terrain ?

Dr Nango Dembélé : Vous savez, il est très difficile de parler de soi. Le monde agricole ne m’est pas étranger. Je suis fils de paysan et issu de ce milieu. Mes études ont porté sur ça. Donc, il y a beaucoup de familiarité avec ce monde qui, je pense, me comprend assez aisément.  Tout ce qui touche ce monde rural me touche et je n’ai pas toujours été compris dans la défense des intérêts du monde paysan. Mes tournées m’ont permis de revoir ce monde que je connais bien et nos échanges ont été des plus cordiaux du monde. Après tout ce que j’ai vu et entendu, je suis particulièrement optimiste quant à la réussite de la compagne si nous avons une bonne pluviométrie bien sûr.

Quel était l’état des lieux de la CMDT à votre arrivée et comment se présente la relance du secteur ?

Pour moi, le plus important est de créer des incitations nécessaires pour ramener les paysans dans les champs. Cela se résume en deux étapes essentielles. Premièrement, aujourd’hui, Dieu merci, avec l’annonce du prix du kilo de coton graine à 280 F CFA, le maintien des subventions et les échos qui nous parviennent du monde rural, beaucoup de paysans sont prêts à reprendre la culture du coton. C’est pourquoi je dis que le pari est à moitié réussi. Au moins les acteurs principaux qui sont les paysans eux-mêmes se mobilisent pour descendre dans les champs pour cultiver le coton.

La deuxième étape se situe au niveau de la CMDT elle-même. Elle consiste à la mise en place de moyens de production nécessaire pour la reprise de la culture du coton. Il s’agit d’abord des engrais qui doivent arriver à temps au niveau des villages. Ensuite, il faut acheminer tout ce qui concerne les insecticides, les herbicides et les appareils de traitement du coton. La situation du prix d’achat du coton étant réglée, ça c’est la logistique que nous sommes en train de déployer sur le terrain. En cela, je suis assez optimiste parce qu’on a un important stock de reports d’intrants qu’on a vérifié sur le terrain. C’est un stock de très bonne qualité. Je pense que le complément nécessaire que nous sommes en train d’acheter devra nous permettre de couvrir les besoins de notre objectif de production qui est de 810 000 tonnes. Certains se demandent par rapport à cette ambition pour une production qui tourne aux alentours de 156 000 tonnes. Si on a une bonne pluviométrie, on devrait revenir au niveau de production des années passées. Ce qui serait encourageant pour le pays et pour l’ensemble de l’économie nationale. Le dernier point, on espère le maintien du cours de la fibre de coton sur le marché mondial. Aujourd’hui, ce cours par rapport à l’an passé, il est très bon. Il se raffermit davantage chaque jour et nous espérons que cela puisse continuer parce qu’il nous reste encore des stocks de la campagne 2019-2020 et la campagne 2020-2021.

Y a-t-il des inquiétudes que cet objectif ne soit pas compris ?

Je suis très optimiste pour les perspectives de la campagne à venir. La seule inquiétude que j’ai, c’est le retard accusé pour passer le marché des intrants complémentaires. Dans les années normales, la CMDT, à partir du mois d’octobre, conclut ses marchés. En novembre et décembre déjà les commerçants commencent à livrer. Mais cette année, c’est en fin mars et la première semaine d’avril que nous avons passé les marchés. Mais, puisque ce ne sont pas des quantités assez importantes, on espère les avoir d’ici à mai pour sécuriser les besoins de production que nous promettons pour la campagne en cours.

Le seul souci que j’ai actuellement est une situation qui ne relève pas de la CMDT. Il s’agit des pénuries de containers dans les différents ports ouest-africains. Aujourd’hui, les embarquements des balles de coton sont très lents à Dakar et à Abidjan. Nous avons fait des ventes mais il n’y a pas de containers. Même le mouvement des navires s’est ralenti, avec une forte reprise économique en Asie surtout. Cela commence à être un souci pour nous.  

Récemment vous avez reçu un accord de financement de 20 milliards FCFA de la BDM-SA et d’une banque offshore pour financer la campagne. Etes-vous soulagé ?

En fait, on a finalisé cet accord ; ce sont des prêts qui sont gagés sur le coton. C’est-à-dire que le banquier, lorsqu’il nous prête cet argent, c’est ce qui nous permet de rembourser les engrais utilisés pour produire le coton, de financer l’exportation, le ramassage du coton ; tous les frais. Comme nous n’avons pas d’argent pour faire face à toutes ces charges, nous contractons donc des prêts chaque année. Ces prêts sont appelés prêts de campagne. Même l’année prochaine, nous allons contracter le même prêt en fonction des objectifs de la campagne. Ces prêts permettent de payer aussi les traites des fournisseurs d’intrants. Maintenant, le remboursement se fait en fonction de nos ventes. Une fois le coton vendu, l’argent est versé au niveau de la banque offshore, mais la banque leader, c’est la BDM-SA. Elle prélève sa partie et nous envoie une partie qui nous permet de fonctionner. Ce qui fait la difficulté cette année, nous avons acheté plusieurs milliards d’intrants. Puisque les intrants n’ont pas été utilisés, cela veut dire qu’il n’y a pas eu de production. Or, c’est la production qui devrait nous permettre de rembourser. Ce qui fait que le système, aujourd’hui, est endetté à des niveaux assez élevés.

Votre prédécesseur avait annoncé que l’Etat du Mali vous doit quelque cents millions de F CFA. Qu’en est-il ?

Les évaluations récentes ont montré qu’il s’agit de 87 milliards F CFA d’arriérés en termes de subvention. Vous savez, l’Etat a fait un redressement fiscal au niveau de la CMDT pour un montant de 47 milliards F CFA. Donc, aujourd’hui, ce sont 40 milliards qu’il nous doit. Les mandats ont été faits. A ma connaissance, à ce jour les banques n’ont pas été payées. C’est effectivement un autre problème. Parce que lorsque nous émettons les traites à termes, les opérateurs économiques et les banques sont embêtés parce que l’Etat n’arrive pas à éponger complètement ses dettes. C’est pourquoi je vous disais que si nous parvenons à réaliser l’objectif de 810 000 tonnes cette campagne, cela permettra d’aérer un peu les finances de la CMDT, de soulager les banquiers et les fournisseurs.   

Propos recueillis par Amidou Keita

 

Visite de terrain du nouveau PDG de la C.M.D.T.

Mes décisions seront prises au bénéfice des paysans, des travailleurs et de l’Etat » Nango Dembélé
 


A la tête d’une imposante délégation où figurent des administrateurs généraux, des membres du personnel de la direction et de filiales, du président intérimaire de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton (C-SCPC), Anfa Coulibaly ainsi qu’un représentant des différentes associations paysannes, le nouveau PDG de la Compagnie Malienne du Développement des Textiles, a effectué un périple dans plusieurs régions cotonnières.

Il visait à prendre contact avec les travailleurs et producteurs, visiter les usines d’égrenage et les magasins OP afin de s’enquérir de leur état. Nango Dembélé en a profité pour partager avec le personnel sa vision de management.
Premier du genre depuis sa nomination, le périple l’a conduit à Ouelessebougou, Bougouni, Kadiolo, Woroni, Koutiala, Sikasso, Koumantou, Yorosso.
Partout, devant les travailleurs, le nouveau PDG s’est exprimé avec le même leitmotiv : s’assurer que ses décisions sont à la fois bénéfiques pour les producteurs de coton, les travailleurs de la C.M.D.T. et l’Etat». 

Pour le bon fonctionnement de l’entreprise, il a insisté sur le respect de la hiérarchie, le partage de l’information, le respect mutuel ainsi que la loyauté entre les cadres et vis-à vis du PDG.

Le PDG a également mis l’accent sur la qualité des intrants agricoles, sa «première bataille» et un meilleur encadrement «condition sine qua non de la production». Les abandons de poste d’encadreurs ne seront plus tolérés et entraîneront des sanctions proportionnelles, a-t-il ainsi prévenu.
 
Sur la crise du coton, le PDG s’est réjoui de la tenue des assises comme opportunité de diagnostiquer l’ensemble des problèmes liés au secteur. «J’ai hâte de prendre connaissance des recommandations des dites assises», a-t-il dit en formant le vœu avec qu’elles vont consacrer une sortie de crise définitive.
Les signaux sont déjà encourageants, a estimé le PDG, en se fondant sur la hâte des producteurs de se remettre au travail avec des conditionnalités comme les incitations en termes de prix intrants et de prix d’achat du coton.

« Nous avons de la chance et l’opportunité d’avoir un manager comme Nango Dembélé »  a dit le ministre de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche 

En présentant le nouveau PDG aux paysans, le ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mohmoud, a insisté quant à lui sur la chance et l’opportunité pour eux ainsi que pour le Mali de profiter du management de Nango Dembélé. «Nous connaissons les compétences de l’homme», a-t-il martelé, en les invitant à s’investir de leurs côtés pour que le PDG réussisse la mission que lui a confiée le gouvernement de transition.

Le ministre a également exhorté les paysans à ne plus considérer les antécédents et à se diriger vers l’avenir pour scruter les voies et moyens par lesquels la C.M.D.T. pourra retrouver son lustre d’antan : ses performances en productivité, commercialisation, etc. 

Et, tout en formant le vœu que les assises nationales sur le coton accoucheront d’orientations à même de sortir le secteur de l’impasse, le ministre s’est d’ores et déjà réjoui de l’engouement suscité chez les acteurs, notamment les organisations paysannes, les producteurs et agents de la C.M.D.T..

Les producteurs accordent leur soutien au nouveau PDG

Pour Anfa Coulibaly, Président intérimaires de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton (C-SCPC), l’heure n’est plus aux querelles partisanes mais au rassemblement autour d’un secteur menacé par la perdition. «Nos querelles personnelles peuvent attendre quand la survie collective est menacée », a-t-il renchéri, en martelant au passage que «sans coton, il n’y a pas d’associations paysannes, pas de C.M.D.T., pas de Confédération». Il y a par conséquent nécessité de se donner la main pour sauver le coton.

Parlant du nouveau PDG, il a invité les paysans à le soutenir et à l’accompagner pour la réussite de la mission que les plus hautes autorités lui ont confiée. «Je ne doute pas de sa capacité à relever le défi de la relance du coton pour que le Mali récupère sa place sur le continent», a-t-il lancé. 

De Ouelessebougou à Bougouni, et Kadiolo en passant par Koutiala, Sikasso, Koumatou et Yorosso, les paysans se sont en définitive engagés pour la réussite de la mission du nouveau PDG.

Videos de la mission:

 

 

Source CC /C.M.D.T.

 

 92e Conseil d'Administration de la Holding C.M.D.T.

 

Media de la cérémonie:

Images

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Previous ◁ | ▷ Next

Videos

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Assises nationales du coton Janvier 2021

 Les videos 
Discours du Premier Ministre Discours du Ministre de AEP
 Report. TV en bamanan  Report. TV en français
 
Les images 

  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021
  • Assises nationales du coton Janvier 2021

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38

Les documents textes

 

 

   Visite de courtoisie de monsieur le Ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche aux travailleurs de la Holding C.M.D.T, le mardi 27 octobre 2020

Dans le cadre de la bonne réussite des missions à lui confié par les autorités de la transition, le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, M. Mohamed OULD MAHMOUD a entrepris depuis la semaine dernière une série de visite de prise de contact dans les services relevant son département.

Son périple l’a conduit ce lundi 26 octobre 2020 successivement à la Cellule de la Planification et de Statistique du Secteur du Développement Rural (CPS-SDR), et à la Compagnie Malienne de Développement des Textiles (C.M.D.T.).

L’objectif de ces visites consiste à s’imprégner davantage des conditions de travail de ses structures et de donner les orientations stratégiques pour la réussite de la mission.

 Au niveau de la C.M.D.T., les échanges se sont focalisés sur la crise qui a secoué le secteur du coton cette année. Encore une fois le ministre OULD MAHMOUD a insisté sur l’importance de mieux diagnostiquer les causes de ces difficultés, pour que le secteur cotonnier ne connaisse plus une telle crise. « Nous organiserons en décembre les assises du coton avec la participation de tous les acteurs afin d’anticiper les problèmes pour la campagne 2020-2021 et donner au coton ses lettres d’or », a conclu le ministre.

Le ministre a aussi visité les bureaux de la Compagnie Malienne de Développement des Textiles C.M.D.T.

 

Source : Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

 

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Previous ◁ | ▷ Next

 

© 2009-2021 by GPIUTMD