Menu

 

 

 

92e Conseil d'Administration de la Holding CMDT

Réunion sur la relance de la culture du coton pour la campagne 2020/2021 

 

   Réunion sur la relance de la culture du du coton pour la campagne 2020/2021


 Dans le cadre de la relance de la culture du coton pour la campagne 2021 – 2022, la direction générale de la C.M.D.T. a organisé le mercredi 14 octobre, une grande réunion avec ses partenaires, dont l’OHVN et la Société Coopérative des Producteurs de Coton autour des points suivants :

  1. Examen et validation du mémorandum pour la relance de la culture coton au titre de la campagne 2021 – 2022 par les acteurs de la filière ;

  2. Eaxamen de la situation phytosanitaire de la campagne agricole 2020 – 2021 ;

  3. Divers

Nous vous proposons des images de cette rencontre qui s’est tenue ce matin, dans la salle de réunion de la Holding C.M.D.T.

 

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28

Previous ◁ | ▷ Next

  Note d’Information Générale de la C.M.D.T. sur les conséquences de la Pandémie du COVID 19 sur la CAMPAGNE 2020/2021


  1. Présentation de la C.M.D.T.

Créée en 1974, la CMDT est une société anonyme d'économie mixte, chargée de gérer la filière de production cotonnière du Mali. Elle assure plusieurs missions :

  • le conseil agricole en direction des producteurs de coton ;
  • la collecte, la commercialisation, l'égrenage du coton graine ;
  • la vente de la fibre de coton à l'exportation et aux industries textiles maliennes ;
  • la vente de la graine de coton.

La production cotonnière a connu un essor au Mali avec la création de la CMDT. En 2003/2004, la production cotonnière a atteint 620 000 tonnes ; c’était le record depuis la création de la CMDT. Ce record a été battu pendant les 4 dernières campagnes :

  • 2016/2017 : 647 000 tonnes de coton graine ;
  • 2017/2018 : 728 000 tonnes de coton graine ;
  • 2018/2019 : 656 000 tonnes de coton graine ;
  • 2019/2020 : 710 000 tonnes de coton graine.

Ce sont les 4 meilleures campagnes de la CMDT depuis sa création. Il faut noter que la CMDT encadre les céréales sèches (maïs, mil et sorgho). La production annuelle de ces trois cultures dépasse 2 millions de tonnes. Cela n’est pas connu de tous. A titre d’exemple, la production de la campagne 2019/2020 était de 2 442 600 tonnes. Ce niveau de production permet de dégager d’importants excédents pour le reste du pays.

Pour transporter et égrener le coton produit, la CMDT dispose d’environ 200 camions, 18 usines d’égrenage et quelques engins de génie civil. Le parc privé joue un grand rôle dans l’évacuation du coton vers les usines.

Il faut noter que de 2000 à 2020 la CMDT a connu 3 crises ayant conduit au boycott de la culture du coton par les producteurs. La première c’était en 2000/2001, la seconde en 2008/2009 et la troisième en 2020/2021. Le facteur déclencheur de ces crises est généralement lié au prix d’achat du coton graine, ou au prix de cession des engrais.

  1. Impact de la COVID-19 sur le prix d’achat du coton graine et la production cotonnière

Suivant les accords établis depuis 2005 entre la CMDT et les producteurs, le prix d’achat du coton graine est fixé par une commission composée en majorité de producteurs avant fin avril. Ce qui permet aux producteurs de mieux organiser leur plan de campagne. Le prix d’achat du coton graine est arrimé au cours de la fibre du coton sur le marché mondial. Aucun pays africain ne contrôle ce marché. Si les cours montent, alors le prix d’achat du coton s’améliore substantiellement. S’il baisse, le prix d’achat baisse également.

Au sujet de la question du prix d’achat du coton graine et du prix de cession des intrants agricoles au titre de la campagne en cours, il faut noter les points suivants :

  • Suite à la pandémie de la COVID-19, les cours de la fibre coton ont chuté. L’impact de cette chute sur le prix d’achat est qu’on passe de 275 FCFA/kg en 2019/2020 à 200 FCFA/kg en 2020/2021. Avec ces 200 FCFA/kg, en fin campagne le déficit de la CMDT sera autour de 3 milliards de FCFA. Le Gouvernement a été informé de cette situation difficile en mars 2020. Une quantité importante de balles de la campagne 2019/2020 reste encore stockée dans la cour de plusieurs usines.
  • Le Gouvernement avait accordé en avril une subvention de 10 milliards de FCFA, qui rapportée sur une production de 700 000 tonnes donnait environ 15 FCFA/kg. Ce bonus a été ajouté au prix du coton pour donner 215 FCFA/kg. La subvention étant transférée sur le prix d’achat du coton, alors les engrais devraient être cédés à leur prix coûtant.
  • Le Président Directeur Général, en collaboration avec le Président de la C-SCPC et le Directeur Général de l’OHVN, a organisé une tournée d’information à travers la zone cotonnière. La mission a commencé le 08 mai 2020 par Bla. En zone CMDT le PDG a animé des réunions à Bla, San, Yorosso, Koutiala, Dioïla, Fana, Kadiolo, Sikasso, Kolondièba, Bougouni, Kita. Ensuite il a tenu des réunions à Kati et à Ouélessébougou dans la zone OHVN.

  D.C.P.R. : Direction Chargée du Pilotage et de la Réorganisation

  D.E.D.D :  Direction pour l'Environnement et le Développement Durable 

  Organisation du Système Des Achats, Des Biens Et Services à La C.M.D.T.

  • Introduction :

Le groupe C.M.D.T. SA possède ses propres procédures, dont celle de l’approvisionnement en biens et services.

  • Passation des marchés :

La politique de passation des marchés du groupe CMDT SA est pilotée au siège par la Direction des Approvisionnements (D.Appro).

  1. Organigramme de la Direction des Approvisionnements :

 

 

b- Passation des Marchés :

Le groupe CMDT-SA organise ses achats suivant un planning de passation des marchés qu’il se fixe chaque année après l’adoption du budget.  

Ce planning tient compte du déroulement de ses activités et des délais de réaction des potentiels fournisseurs.

Les achats du groupe CMDT – SA sont classés comme suit :

  • Achats industriels : regroupent les pièces détachées et matériel électromécanique destinés à l’installation et à la maintenance des usines, du parc auto, des centrales d’énergie, les travaux de génie civil et des engins, les hydrocarbures, les lubrifiants, etc. ;
  • Achats agronomiques : les achats d’intrants agricoles se font en rapport avec la Confédération des Sociétés et Coopératives de Production de Coton (C-SCPC) et l’OHVN, ils concernent : le complexe coton, les complexes céréales, l’urée, les insecticides, les herbicides, les fongicides, les appareils de traitement, les engrais organiques, le phosphate naturel granulé, et la chaux agricole ;
  • Les achats administratifs : ce sont les fournitures de bureau, les meubles, le matériel informatique et bureautique, etc. ;
  • Et aussi les prestations de services.

Les besoins sont satisfaits à partir d’appels à concurrence. Ces appels à concurrence ont pour objectifs de faire des achats de qualités conformes, aux meilleures conditions de prix et de délai de livraison convenable.

Ils se caractérisent par :

  • Une ouverture à la concurrence nationale ou internationale par une publication nationale et/ou internationale ;
  • Une technique de sélection obéissant à des normes de compétitivité (qualité, prix, délai de livraison, service après-vente, etc..).

 

  • Organisation des achats :

A – les Intrants agricoles :

La Confédération des Sociétés Coopératives de Production du Coton (CN-SCPC), la CMDT et l’OHVN, constitué en GIE - Approvisionnement en Intrants et Appareils de traitement, organise chaque année des appels d’offres internationaux pour la satisfaction des besoins d’intrants.

B- Intrants industriels :

Le groupe CMDT SA s'approvisionne suite à des appels à la concurrence dans le but d'obtenir le mieux disant dans la transparence, et dans l’équité. Ils ont pour objectif de faire des achats aux meilleures conditions de prix, de qua­lité et de délais de livraison et de règlement.

Ces appels à la concurrence sont organisés suivant les spécificités des besoins et de l'importance du montant prévisible de chaque marché.

Il se caractérise par :

  • Une ouverture à la concurrence nationale ou internationale afin de bénéficier de la meilleure qualité au meilleur prix ;
  • Une publication ;
  • Une technique de sélection obéissant à des normes de compétitivité et de sécurité (prix, qualité, délai, service après-vente).

Les procédures d'approvisionnement changent en fonction de l'importance du montant de l’engagement et des risques à prendre. Conformément à nos procédures d'approvisionnement, la CMDT organise :

  • Une consultation restreinte (CR) lorsque les achats sont inférieurs à vingt-cinq millions FCEA (25.000.000 FCFA) ;
  • Un Appel d'Offres restreint (AOR) lorsque les achats sont supérieurs à vingt-cinq millions mais, intérieurs à cinq cents millions FCFA (500.000.000 FCFA) ;_
  • Un Appel d'Offre Ouvert ou International (AOI) lorsque les achats sont supérieurs à cinq cents millions FCFA (500.000.000 FCFA).

En fonction de certaines contraintes (par exemple l’urgence du besoin, la spécificité des fournitures, fournisseur ou prestataire déjà connu, défaillances de certains fournisseurs, pannes imprévisibles), la Direction Générale peut opter, exceptionnellement, d'organiser un AOR, une CR ou une consultation par entente directe (demande de cotation).

  • Administration des achats :

Les appels à concurrence sont organisés par une commission des appels d’offres dont les membres sont désignés suite à une décision de direction générale.

  • Composition de la Commission des Appels d’Offres:

Elle comprend des membres suivants :

-a) dans les filiales :

La commission d'appel à la concurrence est composée de :

  • Président : Le Chef de Service des Ressources Humaines et Juridiques ;

Sont membres :

  • Le Chef de service/Division qui exprime un besoin à satisfaire ;
  • Le Chef de service/Division Comptabilité et Finance ;
  • Le C/Division contrôle de gestion ;
  • Le C/Division /Section de Gestion des stocks qui est le rapporteur de la

- b) au siège :

La CAO est constituée par les Directeurs Centraux ou leurs représentants, et d'autres cadres invités comme personnes ressources (en cas de besoin).

La Commission des Appels d'Offres est composée de:

  • Le Contrôleur de Gestion Principal (Président de la CAO), membre permanent ;
  • Le Conseiller Technique du Président Directeur Général, membre permanent ;
  • Le-Directeur Financier-et Comptable ou son représentant, membre permanent ;
  • Le Directeur des Affaires Juridiques et du Contentieux ou son représentant, membre permanent ;
  • Le Directeur des Approvisionnements membre permanent ;
  • Le Directeur concerné par le DAO ;
  • Le chef service achats (assure le secrétariat).
  • Toute autre personne ressource, membre non permanent.

  • Présentation des Offres :

Les soumissionnaires sont tenus de faire trois enveloppes distinctes logées dans une grande enveloppe. Les trois enveloppes contiennent respectivement :

  • 1ère enveloppe : les pièces administratives ;
  • 2ème enveloppe : les offres techniques ;
  • 3ème enveloppe : les offres financières.

 Sur chacune des trois enveloppes seront mentionnées le numéro de DAO, le nom et l'adresse du soumissionnaire ainsi que le contenu de l'enveloppe. Ces trois enveloppes sont logées dans une grande enveloppe qui ne doit porter aucun signe distinctif en dehors de la mention suivante :

 « Secrétariat de la Direction des Approvisionnements de la CMDT-SA. A N'OUVRIR QU'EN SEANCE D'OUVERTURE DES PLIS » N° de DAO….. ».

  • Principe d'ouverture et d'analyse des Offres :

La première enveloppe contient les pièces administratives :

Cette enveloppe est ouverte lors de la séance publique et les vérifications portent surtout sur les conditions de rejet.

Lorsqu'un dossier est rejeté, le soumissionnaire peut récupérer ses plis techniques et financiers à la fin de la séance d'ouverture contre décharge au secrétariat de la D. APPRO.

Les autres dossiers, reconnus recevables part la CAO, feront l'objet d'analyse à huit clos par la

Commission technique d’analyse des offres (CTAO).

A la fin du dépouillement des offres administratives et après désignation des membres de la CTAO, la CAO ordonne à la D. APPRO de remettre les enveloppes des offres techniques et financières, sous plis fermés, au Président de la CTAO, pour analyse dans un délai imposé par la CAO.

A l'échéance du délai, le Président de la CTAO remet le rapport technique signé par tous les membres de la C TAO à la Direction des Approvisionnements, qui fait des copies pour tous les membres de la CAO. Ensuite, la DAppro demande au Président de la CAO de fixer une date pour son examen.

Dans son rapport technique, la CTAO, pleinement responsable de ses évaluations, procédera à un classement des offres et le cas échéant, la proposition justifiée de l'élimination d'un soumissionnaire.      

Après l’examen dudit rapport, la CAO valide le rapport et donne mandat à la CTAO d’ouvrir et d’analyser les offres financières, ou dans le cas échéant demande la reprise de l’analyse technique.

 Suite au mandat de la CAO,

La CTAO, procède à l'analyse des offres financières. La CTAO corrige les aberrations dans les listes de prix unitaires, vérifie les calculs des montants à partir des prix unitaires corrigés, les modalités de règlement et l'appréciation de la couverture financière du soumissionnaire.

Le Président de la C TAO remet son rapport final à la CAO qui prend en compte le mieux disant qui associe les spécifications techniques, l’expérience avec la CMDT et les offres financières.

La CAO tire ses conclusions du rapport final de la CTAO pour ensuite dresser son PV dans 1equel elle propose au Président Directeur Général un ou plusieurs adjudicataires avec les raisons de son choix.

Les enveloppes financières des soumissionnaires non retenus ne seront pas ouvertes et elles leur sont remises à première demande contre décharge.

  • Transit Import :

Le transit import s’occupe des opérations de transit des matériels, machines, pièces détachées, emballages et tous autres biens importés par la CMDT SA en HT-HD (hors taxes hors douane) et acheminés par voie routière, ferroviaire ou aérienne.

Elles portent également sur l’apurement des produits importés en admission temporaire (emballages synthétiques et cretonnes, fil de fer, liens, encre et diluant) auprès des services de douane.

Un dossier d’appel à concurrence est initié chaque année, à l’issue duquel la CMDT SA retient au moins trois transitaires.

 

 Le coton, un facteur de développement






 

  • Le coton est la deuxième source de recettes d’exportation du Mali après l’or.
  • La contribution du secteur coton au PIB est estimée à 15%.
  • Il procure aux producteurs des revenus pour la satisfaction de leurs besoins monétaires et la sécurité alimentaire à travers la production de céréales.
  • Il soutient les activités des industries textiles et de trituration de la graine, des banques, des transporteurs,     des fournisseurs de pièces détachées, d’intrants et de carburant.

MISSION ET ORGANISATION DE LA C.M.D.T. :

La Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (C.M.D.T.) est une société anonyme d’économie mixte créée en 1974. Maillon essentiel de la filière cotonnière du Mali, elle assure les missions ci-après :

  • le conseil agricole auprès des producteurs de coton ;
  • la commercialisation primaire du coton graine ;
  • le transport et l’égrenage du coton graine ;
  • la vente de la fibre de coton à l’exportation et aux industries textiles maliennes ; la vente de la graine de coton aux industries locales de trituration.

Le Capital de la C.M.D.T. Holding est détenu à 99,49% par l’Etat malien et 0,51% par GEOCOTON.

Le capital des quatre Filiales de production de la C.M.D.T. est détenu à 20% par les producteurs à travers la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton (C-SCPC) et 80% par la C.M.D.T. Holding.

La C.M.D.T. est gérée par un Conseil d’Administration composé de 11 membres, dont 08 pour l’Etat du Mali, 02 pour les producteurs de coton et 01 pour GEOCOTON (société française).

Elle est dirigée par un Président Directeur Général, appuyé par 01 Directeur Général Adjoint, 09 Directeurs Centraux et 05 Administrateurs Généraux des Filiales (Sud.sa, Nord Est.sa, Centre.sa, Ouest.sa et l’Office de Classement du Coton basé à Koutiala).

Véritable outil de développement, la société emploie à ce jour 1 729 agents permanents et 3 335 agents saisonniers pendant la campagne d’égrenage et de commercialisation.

DEFIS ET PERSPECTIVES

La filière cotonnière afin de contribuer durablement au développement socio-économique du Mali à travers la vision du Président de la République est en cours d’élaboration de son plan stratégique pour la période 2020-2025. Certifiée ISO 9001 v2015, la C.M.D.T. œuvre pour l’atteindre à l’horizon 2022 :

  • 1 000 000 de tonnes de coton graine ;
  • 1 500 kg de rendement à l’hectare ;
  • 90% de grade de tête ;
  • 20% de part de coton transformé localement ;
  • 8 000 tonnes de cadence journalière ;
  • Vint pour cent d’énergie par autoproduction.

La filière coton, avec l’appui des autorités du pays, est un maillon important dans l’amélioration des  conditions de vie des populations. Elle apparaît de plus en plus comme un puissant vecteur de lutte contre la pauvreté et l ’insécurité. Dans l’avenir son apport à l’économie nationale et à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire sera davantage plus important.

CONCLUSION

La filière coton, avec l’appui des autorités du pays, joue et jouera un rôle important dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Elle apparaît de plus en plus comme un puissant vecteur de lutte contre la pauvreté et l’insécurité. Son apport à l’économie nationale et à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire sera important, et le sera davantage dans le futur.

Le personnel de la société reste engagé pour la réalisation des objectifs fixés par le Programme de Développement Stratégique qui font échos à la politique gouvernementale en matière de production agricole et de transformation locale.

 

© 2009-2021 by GPIUTMD