Menu

 

 

 

Lancement de la Journée Mondiale du Coton au siège de l'OMC à Genève

JMC à l'OMC

La 88ème session du Conseil d'Administration de la Holding C.M.D.T.-SA

88ème session du CA de la Holding C.M.D.T.

La C.M.D.T. au Salon International de l'Agriculture de Paris 2020

La CMDT au SIA de Paris 2020

La journée du 2 sep. 2020, a été marqué par la visite de terrain du PDG de la CMDT, ...

Le PDG en visite dans la filiale Ouest - Kita

Monsieur Ousmane N Traoré, Directeur de la Production Agricole de la C.M.D.T., a été l’invité de la Radio Rempart autour d’un débat sur le coton.

 Quelques éléments essentiels sur cette intervention

 

Journaliste : Monsieur Abdrahamane SISSOKO, Tél 79 22 34 17 / 66 81 29 36

Invité : Monsieur Ousmane N TRAORE, Directeur de la Production Agricole C.M.D.T.


Au nom de la Direction Générale de la C.M.D.T., j’adresse mes remerciements à tous les producteurs de coton du Mali, au personnel d’encadrement de la C.M.D.T. et de l’ O.H.V.N., aux autorités nationales, locales et tous les partenaires nationaux et internationaux pour les efforts fournis dans le cadre de la promotion de la culture du coton.

Je remercie également la Direction de radio Rempart et l’ensemble de son personnel pour l’occasion qui nous est ainsi offerte pour parler « coton ».

  1. Présentation de la C.M.D.T.

Créée en 1974, la C.M.D.T. est une société anonyme d'économie mixte, chargée de gérer la filière de production cotonnière du Mali. Elle assure plusieurs missions :

  • le conseil agricole en direction des producteurs de coton ;
  • la collecte, la commercialisation, l'égrenage du coton graine ;
  • la vente de la fibre de coton à l'exportation et aux industries textiles maliennes ;
  • la vente de la graine de coton.

La production cotonnière a connu un essor au Mali avec la création de la C.M.D.T.. En 2003/2004, la production cotonnière a atteint 620 000 tonnes ; c’était le record depuis la création de la C.M.D.T.. Ce record a été battu pendant les 4 dernières campagnes :

  • 2016/2017 : 647 000 tonnes de coton graine ;
  • 2017/2018 : 728 000 tonnes de coton graine ;
  • 2018/2019 : 656 000 tonnes de coton graine ;
  • 2019/2020 : 710 000 tonnes de coton graine.

Ce sont les 4 meilleures campagnes de la C.M.D.T. depuis sa création. Il faut noter que la C.M.D.T. encadre les céréales sèches (maïs, mil et sorgho). La production annuelle de ces trois cultures dépasse 2 millions de tonnes. Cela n’est pas connu de tous.

Pour transporter et égrener le coton produit, la C.M.D.T. dispose d’environ 200 camions, 18 usines d’égrenage et quelques engins de génie civil. Le parc privé joue un grand rôle dans l’évacuation du coton vers les usines.

Il faut noter que de 2000 à 2020 la C.M.D.T. a connu 3 crises (boycott de la culture du coton par les producteurs). La première c’était en 2000/2001, la seconde en 2008/2009 et la troisième en 2020/2021. Le facteur déclencheur de ces crises est généralement lié au prix d’achat du coton graine, ou au prix de cession des engrais.

  1. Comment se présente la campagne cotonnière 2020/2021 ?

La campagne 2020/2021 est une campagne très difficile. Elle a commencé par le mouvement de boycott de la culture du coton, ensuite, du 15 juin jusqu’aux environs de 7 juillet les pluies se sont arrêtées dans la plupart des zones cotonnières ; ce qui a accentué la démobilisation des producteurs.

  • Pourquoi certains producteurs ont refusé de cultiver le coton ?

Pour préparer une nouvelle campagne, certaines activités sont menées en amont et ensuite des missions d’information sont organisées avant le semis des cultures. Ces activités sont l’approvisionnement des producteurs en intrants, la détermination du prix de cession des intrants aux producteurs et la détermination du prix d’achat du coton graine.

Approvisionnement des producteurs en intrants

A la suite des Etats Généraux du Coton tenus en avril 2001, le Gouvernement, dans sa Lettre de Politique de Développement du Secteur coton, a transféré l’approvisionnement en intrants aux producteurs.

Pour assurer un approvisionnement correct des producteurs de coton en intrants agricoles, il est mis en place depuis janvier 2008 un GIE regroupant la C-SCPC, la C.M.D.T. et l’O.H.V.N..

Le GIE est présidé par le Président de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton (C-SCPC).

La Commission d’Appel d’Offres du GIE est composée de :

- Producteurs (FR-SCPC et Syndicats paysans) : 28
- C.M.D.T. : 7
- O.H.V.N. :   4
- A.P.C.A.M. : 5
- Ministère de l’Agriculture : 1
- Ministère de l’Economie et des Finances : 1

 

Puisque les producteurs ne disposent pas de fonds, ni de garantie pour obtenir un prêt bancaire, le Gouvernement a instruit à la C.M.D.T. de payer les fournisseurs en lieu et place des producteurs.

Ensuite le GIE détermine les prix de cession des intrants. Il faut être clair, la C.M.D.T. ne fixe pas les prix des intrants contrairement à une certaine opinion répandue.

Détermination du prix de cession des intrants

En fonction des prix d’acquisition des intrants, le GIE calcul leurs prix non subventionnés, donc les prix coûtants.

Dès que le Gouvernement annonce le niveau de subvention d’un sac d’engrais, il est pris en compte lors du calcul des prix de cession aux producteurs.

La subvention des engrais initiée par l’Etat fut une bonne initiative parce qu’elle a permis d’améliorer le niveau de la production du coton et des céréales. Cependant elle a créé quelques soucis au niveau de la filière coton :

  • certains producteurs vendent une partie de ces engrais subventionnés au lieu de les utiliser dans les parcelles pour améliorer les rendements ;
  • le remboursement partiel de la subvention par l’Etat à la C.M.D.T. depuis 4 campagnes a fini par créer une grave tension de trésorerie.

C’est ainsi que les acteurs de la filière coton (Producteurs, C.M.D.T. et O.H.V.N.) ont décidé en décembre 2018, puis en décembre 2019 de transférer la subvention des engrais sur le prix d’achat du coton graine sous forme de bonus. Le Gouvernement a accédé à cette demande qui permet à chaque producteur de bénéficier pleinement de la subvention accordée par l’Etat et éviter l’exportation des engrais subventionnés vers d’autres pays.

Détermination du prix d’achat du coton graine

Suivant les accords établis depuis 2005 entre la C.M.D.T. et les producteurs, le prix d’achat du coton graine est fixé par une commission composée en majorité de producteurs avant fin avril. Ce qui permet aux producteurs de mieux organiser leur plan de campagne. Le prix d’achat du coton graine est arrimé au cours de la fibre du coton sur le marché mondial. Aucun pays africain ne contrôle ce marché. Si les cours montent, alors le prix d’achat du coton s’améliore substantiellement. S’il baisse, le prix d’achat baisse également.

Au sujet de la question du prix d’achat du coton graine et du prix de cession des intrants agricoles au titre de la campagne en cours, il faut noter les points suivants :

  • Suite à la pandémie de la COVID-19, les cours de la fibre coton ont chuté. L’impact de cette chute sur le prix d’achat est qu’on passe de 275 FCFA/kg en 2019/2020 à 200 FCFA/kg en 2020/2021. Avec ces 200 FCFA/kg, en fin campagne le déficit de la C.M.D.T. sera autour de 3 milliards de FCFA. Le Gouvernement a été informé de cette situation difficile en mars 2020. Les balles de la campagne 2019/2020 sont encore stockées dans la cour de plusieurs usines.
  • Le Gouvernement avait accordé en avril une subvention de 10 milliards de FCFA, qui rapportée sur une production de 700 000 tonnes donnait environ 15 FCFA/kg. Ce bonus a été ajouté au prix du coton pour donner 215 FCFA/kg. La subvention étant transférée sur le prix d’achat du coton, alors les engrais devraient être cédés à leur prix coûtant.
  • Le Président Directeur Général, en collaboration avec le Président de la C-SCPC et le Directeur Général de l’O.H.V.N., a organisé une tournée d’information à travers la zone cotonnière. La mission a commencé le 08 mai 2020 par Bla. En zone C.M.D.T. le PDG a animé des réunions à Bla, San, Yorosso, Koutiala, Dioïla, Fana, Kadiolo, Sikasso, Kolondièba, Bougouni, Kita. Ensuite il a tenu des réunions à Kati et à Ouélessébougou dans la zone O.H.V.N..

Les réactions des producteurs qui allaient dans le sens de l’amélioration du prix d’achat du coton et des efforts à faire pour baisser le prix de cession des intrants ont été consignées dans un rapport qui a été transmis au Gouvernement. Les producteurs ne contestent pas le transfert de la subvention sur le prix d’achat du coton. Ils demandent un effort supplémentaire à l’Etat, car ils estiment que leur revenu est négativement impacté par les conséquences de la COVID-19.

  • C’est à la suite de ce rapport que le Premier Ministre a rencontré les responsables de la C-SCPC, les responsables des 4 syndicats paysans de la zone cotonnière, la C.M.D.T. et l’O.H.V.N. à la Primature le 07 juin 2020. A la suite de ces échanges, les producteurs ont proposé un bonus de 50 FCFA/kg. Le Premier Ministre a accepté ce bonus. Ainsi, le prix d’achat du coton graine est passé de 215 FCFA/kg à 250 FCFA/kg.

Ce bonus de 50 FCFA/kg fait passer la subvention de l’Etat de 10 à 35 milliards de FCFA. L’engrais reste cédé au prix coûtant avec l’accord des responsables paysans.

  • Des missions d’information ont été organisées à travers la zone C.M.D.T. et O.H.V.N. pour restituer la décision issue de la rencontre avec le Premier Ministre. Ces réunions ont été animées par les cadres C.M.D.T. des Filiales, de la Direction Générale et les responsables paysans de chaque Filiale.

Pour cette deuxième phase d’information, le PDG a animé des réunions à Koutiala, Yorosso, Kignan, Yanfolila et Kadiolo.

Il faut noter que l’adhésion des producteurs est intervenue à un moment critique de la campagne. Les pluies se sont arrêtées du 15 juin aux environs du 7 juillet 2020. Les producteurs du vieux bassin cotonnier, qui va de Yorosso à Fana en passant par Sikasso, généralement, n’acceptent pas semer le coton au-delà du 30 juin ; d’où la faiblesse des superficies coton et maïs semées.

En résumé, le refus de cultiver le coton est parti principalement de la baisse prix d’achat du coton graine suite à la pandémie de la CVID-19.

Le Gouvernement a accordé une subvention de 10 milliards, qui a par la suite augmenté à 35 puis à 40 milliards FCFA pour soutenir la filière.

Suite aux difficultés pluviométriques empêchant le semis du coton et du maïs, l’Interprofession du Coton regroupant la C-SCPC et la C.M.D.T. a demandé l’autorisation au Premier Ministre pour affecter 20 milliards de FCFA de la subvention accordée pour subventionner les engrais de 395 000 ha de coton et 330 000 ha de maïs.

  • Quelles sont les perspectives pour la campagne agricole ?

La campagne agricole 2020/2021 connaitra une forte baisse de la production cotonnière comme en 2000/2001 et 2008/2009. L’accent sera mis sur l’amélioration de la qualité du coton.

Il est à noter que les cours du coton ne sont toujours pas améliorés sur le marché mondial.

 

SIGLES

  • APCAM: Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali
  • C.M.D.T.: Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles
  • C-SCPC: Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton
  • FR-SCPC: Fédération Régionale des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton
  • GIE: Groupement d’Intérêt Economique
  • ha : Hectare.
  • O.H.V.N.: Office de la Haute Vallée du Niger
  • PDG: Président Directeur Général

 

 

 

Le PDG à l'émission "Questions d'Actualité" sur l'O.R.T.M. le 31 mai 2020
 

Agriculture Coton Subvention: déclaration de presse

 

Mission du PDG à Yanfolila, Kadiolo et Koutiala du 02 au 05 juillet 2020,

Dans le cadre de la sensibilisation et de l’information sur l’évolution de la campagne cotonnière 2020-2021, le Président Directeur Général de la CMDT, accompagné par le Président de la Confédération  des Sociétés Coopératives de Producteurs de coton, de l’Administrateur Général de la Filiale Sud, du Coordinateur de Bougouni, des chefs secteurs de la Filiale Sud et de plusieurs journalistes, a effectué du 02 au 04 juillet 2020, une visite de terrain dans la Filiale Sud CMDT ou il s’est rendu à Yanfolila et à Kadiolo.

Le message délivré par le premier responsable de la CMDT, ainsi que par les ingénieurs et spécialistes du domaine agricole en général et plus particulièrement de la culture du coton était clair aussi bien lors des rencontres en salle que dans les champs de coton lors des visites des parcelles de coton semés :

continuez à cultiver le coton, ne vous arrêtez pas, il est facteur de développement économique et social des régions du Mali et les semis peuvent continuer jusqu’au 20 juillet 2020.

 
Il faut noter que partout où la mission a passé, l’enthousiasme était grand, par le fait qu’après l’annonce des prix du coton graine et des intrants au mois de mai passé, les producteurs qui avaient pris l’engagement de cultiver le coton cette année, ont tous semé sans hésitation. C’est pour cette raison, qu’au cours de sa mission, le Président Directeur Général de la CMDT, a tenu à remercier aussi les chefs de villages, les maires et les préfets pour leur contribution dans la sensibilisation faite à leur niveau afin que les producteurs puissent comprendre les enjeux de la campagne cotonnière 2020 – 2021.

Voir les Videos de la mission du PDG à Yanfolila

 

Rencontre avec les producteurs à Koutiala,

A travers un grand meeting organisé par l’Association Ouéyetcho de Koutiala, les producteurs de coton se sont retrouvés le samedi 05 juillet à Koutiala ville pour un grand rassemblement.


 

Le P.D.G. de la C.M.D.T. invité de l'émission Actu Hebdo du 24 mai 2020 sur l'ORTM1

 



© 2009-2020 by GPIUTMD